Content Single

Julie Desprairies

Discipline : recherche et création chorégraphique
Nationalité : française
Dates de résidence : mars 2015 – juin 2016

Depuis 10 ans, Julie Desprairies crée des projets chorégraphiques pour des architectures. Chaque bâtiment investi est l’objet d’une étude détaillée des intentions de l’architecte, qui guide la forme spectaculaire que prendra son projet. D’abord attirée par les années 30 et le modernisme, elle a depuis monté des « environnements chorégraphiques » pour des édifices contemporains. Le corps des danseurs sert l’exploration minutieuse des caractéristiques structurelles, plastiques, spatiales, lumineuses, acoustiques des sites choisis. 
S’appuyant également sur l’histoire et les usages des bâtiments, elle est amenée à s’intéresser aux gestes du travail et à impliquer habitants et usagers des architectures mises en scène.
De janvier à mars 2015, à l’invitation de Jean-François Munier, fondateur du Festival Concordan(s)e, Julie Desprairies et Thomas Clerc ont entamé une résidence de création pour créer La page blanche.
Depuis juin 2015, elle poursuit le travail commencée avec Tes jambes nues, créé lors du Festival des fabriques 2014, avec Le pantalon, l’été, la poule, la pastourelle, la boulangère, présenté en étape de travail pendant le Festival des Fabriques 2015. En tout cinq étapes de présentation de cette investigation s’échelonneront jusqu’en juin 2016 autour des thèmes de la transe et de la fête dionysiaque avec la danseuse et chorégraphe Hélène Iratchet, de l’héritage d’Isadora Duncan avec le danseur et chorégraphe Mickaël Phelippeau, de l’animalité et du vêtement végétal avec la costumière Louise Houchet, de la promenade avec l’acteur Vladimir Léon et de l’idéal champêtre avec Barbara Carlotti. Ces étapes de travail donneront lieu à différentes rencontres avec le public.