Content Single

Agnieszka Kozlowska (Odyssée)

Photographie
< Pologne >
Résidence Odyssée : juillet-septembre 2018

 

Artiste et chercheuse polonaise, Agnieszka Kozlowska développe une pratique qui découle d’expériences autour du medium photographique. Cette pratique est motivée par une fascination pour le moment de l’exposition photographique, lorsqu’un lien tangible se forme entre la surface photosensible et le monde physique. Agnieszka Kozlowska est intéressée par le potentiel des objets photographiques, considérés comme des traces physiques plutôt que comme de pures images, afin de communiquer une expérience incarnée de l’environnement naturel.

Munie d’un appareil photo 10×8 qu’elle a elle-même construit, Agnieszka Kozlowska effectue des marches en solitaire à travers des paysages inhabités afin de prendre des photographies dont le temps d’exposition est de plusieurs heures. Généralement, une journée permet seulement d’en réaliser une – et seulement par fort ensoleillement. Agnieszka Kozlowska recherche continuellement des matériaux photosensibles non-conventionnels qui lui permettent de faire des artefacts photographiques uniques, directement dans son appareil photo.

 

Durant l’été, Agnieszka Kozlowska a créé des objets photographiques grâce à une technique développée récemment. Elle a collecté du calcaire lutétien de Saint-Maximin, l’a réduit en poudre, l’a mélangé avec une substance photosensible, en a enduit du papier et l’a laissé exposer dans un appareil photo grand format pendant plusieurs heures. Le calcaire de la région de l’Oise – formé par les sédiments du fond d’une mer chaude qui recouvrait autrefois cet espace – a été utilisé pendant des siècles comme matériau de construction (plus particulièrement durant la modernisation de Paris au XIXe siècle) et a été surnommé « récif corallien de haute culture » par l’écrivain Rebecca Solnit.

Le travail d’Agnieszka Kozlowska explore l’idée de la culture née de la nature, à la fois dans le contexte du jardin pittoresque et par le medium de la photographie. En prenant pour point de départ l’histoire du Parc comme lieu de pèlerinage instauré par la courte présence du célèbre philosophe, Agnieszka Kozlowska est sortie avec son appareil et ses matériaux photosensibles afin de réaliser des clichés, chaque jour durant les deux mois de sa résidence. Chaque œuvre est unique, résultant tout autant d’une lumière et d’une météorologie particulières que des imperfections de ce procédé photographique expérimental.

 

Agnieszka Kozlowska