Content Single

Prototype improvisé de type « nuage » – Yona Friedman

Yona Friedman est né en 1923 à Budapest (Hongrie) et travaille à Paris. Architecte & artiste, il développe dans les années 1970 le concept d’«architectures mobiles», idée selon laquelle habitat et urbanisme doivent être pensés directement par les utilisateurs. Il applique ces principes à sa pratique artistique, donnant lieu à de nombreuses réalisations mettant en œuvre des techniques simples pour former un « art porteur de message ». C’est également dans cette optique altruiste et utopiste qu’il illustre ses réflexions sous forme de bandes dessinées pour les rendre accessible à tous.

L’œuvre présentée ici résulte d’un travail collectif et collaboratif suivant un processus libre, laissant une importante place à l’imagination et à l’improvisation. Pour Friedman, ce ne sont pas les artistes mais chacun d’entre nous qui doit réaliser ses propres œuvres d’art.
Ici, la forme du nuage et ses matériaux constitutifs n’ont pas été donnés par l’artiste mais pensés par des patients du Pavillon Girardin, établissement médico-social situé à Ermenonville face au Parc Jean-Jacques Rousseau, accueillant des personnes présentant un handicap grave associant déficience motrice, cognitive et neuropsychologique sévère ou profonde. Un atelier d’une semaine accompagné par les membres de l’atelier d’architecture 1:1 a été proposé à ces patients pour que toutes ces décisions soient prises en suivant un protocole établi par Yona Friedman.
Au terme de l’atelier, le matériau, la forme du nuage et son emplacement dans le jardin ont été définis par les patients.
Ils ont choisi un matériau naturel, l’osier qui est également présent au parc de manière naturelle et sauvage.
Parmi les principes définis par Yona Friedman, l’aspect ludique et praticable a été retenu par les patients du Pavillon qui peut aussi constituer un abri du soleil. Du nuage ils ont retenu la transparence, la légèreté et la possibilité de le traverser.
La réalisation matérielle de la sculpture a été confiée ensuite à des groupes de jeunes accueillis par les membres de l’atelier d’architecture 1:1 au Parc du 6 au 20 juillet dans le cadre du dispositif national des « Portes du temps ». Les participants se sont livrés à l’exercice avec enthousiasme et engagement et leur travail a été achevé lors de la session du 24 au 26 octobre des Portes du Temps. Ont participés à sa création : le Collège César Franck d’Amiens ; le club de Basket Métropole Amiénoise Basket Ball ; la Maison de la Ville de Creil ; le Gîte des cimes de Bonneuil-en-Valois ; le centre Anim’Ados de Nogent-sur-Oise ; le Centre Socio-Culturel de Roye ; la Mairie de Chantilly ; l’association Ham’anim et l’Internationale Soissonnaise.

 

Protocole :
Ces structures sont conçues pour être réalisables à l’aide de matériaux simples, par n’importe qui, professionnel ou non. Elles sont  toujours improvisées, car elles ne peuvent être dessinées ou planifiées ; il est seulement possible d’expliquer leur mode de réalisation. Elles ont été conçues comme des structures pouvant servir dans des bidonvilles pauvres, mais s’envisagent également comme des œuvres d’art, car elles peuvent être belles. Elles transforment l’espace vécu, en brisant toutes les géométries, coupoles, façades, tours. Mais briser la géométrie ne veut pas dire désordre, et réfère plutôt à une géométrie « autre ». Parce qu’elles sont faciles à réaliser, vous-mêmes, spectateurs, pourriez les essayer chez vous, dans votre maison.
Yona Friedman, 2009

 

Architecte de renom, Friedman a conçu des plans pour des édifices majeurs tels que l’opéra de Paris (1982), le Bronx Museum de New York (1986) ou le Musée du XXIeme siècle de Paris (1999).
Les œuvres qu’il propose sont des manifestes politiques qui visent notamment à apporter des solutions aux problèmes de pauvreté et de surpopulation.
Les deux concepts majeurs développés par Friedman, depuis la fin des années 1950, sont ceux des « architectures mobiles », structures changeantes faites de matériaux pauvres, et des « villes spatiales » qui, à la manière de jardins suspendus, sont conçues pour se développer au-dessus de nos espaces d’habitation.
Architecte, Friedman est également connu pour ses dessins et installations artistiques. Il est ainsi invité à présenter ses œuvres à la Documenta XI de Cassel (2002), au Musée d’art contemporain de Lyon (2007) ou à la Synagogue – centre d’art contemporain de Delme (2009).

 

Remerciements : le Fonds régional d’art contemporain de Lorraine ; le Pavillon Girardin ; l’atelier 1 :1 ; la DGPAT ; la DRAC Nord Pas-de-Calais Picardie ; la DRGSCS et tous les jeunes participants.

 

L’exposition « Architecture mobile = architecture vivante » consacrée à Yona Friedman se tient jusqu’au lundi 7 novembre 2016 à la Cité de l’architecture et du Patrimoine.